Google+ Badge

Suivre ce blog par mail

dimanche 29 septembre 2013

Et vous, vous lisez quoi en ce moment?

Comme l'orage menace, comme l'hiver approche, comme j'en ai assez de toujours parler narcissiquement de mes bouquins, me voici d'humeur à vous raconter ce que j'ai lu cette semaine:
Tout d'abord un livre admirable, écrit par le génial Coetzee. J'avais beaucoup aimé le Maître de Saint-Pétersbourg, pas seulement parce qu'il mettait en scène mon écrivain préféré...aussi parce que Coetzee avait réussi dedans l'impensable: écrire des dialogues à la hauteur de Dostoïevski! Bref, un coup de maître. Me voici donc embarquée dans un nouveau livre de Coetzee: Au coeur de ce pays.  Un narrateur qui est une femme et qui n'est pas tout à fait certaine de ce qu'elle raconte nous emmène dans un vaste monologue intérieur, une réflexion hésitante sur ce qu'elle est, sur ce qu'elle pourrait être, mais surtout sur ce qu'elle n'est pas...une jeune femme revêche, un peu folle, complètement folle à la réflexion, isolée avec un couple de domestiques et son père, des idées morbides plein la tête et une rage terrible contre ce monde qui ne lui a pas offert grand chose...Elle reprend plusieurs fois la même histoire,  à quelques détails près, puis la transforme encore, réécrit l'histoire, laissant le lecteur dans l'incertitude! C'est aride, déconcertant et magnifique!






J'ai découvert avant-hier le premier roman d'Hélène Rice dont j'avais beaucoup aimé la poésie précédemment ( Simon et Naslat) . Eh bien, ce qui m'a plus, c'est que ce roman est radicalement différent de l'album "Simon et Naslat"! J'aime les auteurs caméléon. C'est drôle, tendre et surprenant. Il y a des phrases qui tranchent, bien incisives et d'autres tout en rondeur...Je l'ai dévoré! Je ne vous dirai pas de quoi ça parle, non, non, car le titre si énigmatique....doit rester une surprise!
Sachez juste qu'Eripa n'est ni le nom d'un volcan, ni une obscure contrée que vous pourrez visiter dans un trekking aventureux, ni même une espèce de crocodiles mutants découverte par Darwin au large des Galapagos, sur la mystérieuse et inconnue île d'Eripa. Non, ce n'est rien de tout cela, ... c'est une petite fille...

Pour finir sur les lectures qui m'ont plu cette semaine, il y a ce livre-cd, qui n'est pas sorti récemment, mais que je n'avais pas encore pris le temps de lire. Le livre parle de Manole, un petit garçon qui mendie sur le trottoir, lorsqu'une dame lui offre un trésor, un livre, qu'il gardera précieusement. La plume de Béatrice Fontanel est exceptionnelle: il y a des phrases tout simplement magnifiques de simplicité et de force dans ce livre, il y a une sensibilité à fleur de peau, tout en retenue, en concision, en justesse. La seule chose qui m'a gênée, c'est le fait que le petit garçon se mette à voler pour faire comme toute sa famille. J'avoue, j'ai eu un peu de mal avec l'idée du rom "voleur"...un amalgame qui me hérisse souvent le poil, et même si,  ici, l'idée sert la narration, j'ai trouvé cela dommage, vraiment!

Et vous, vous lisez quoi en ce moment?


samedi 28 septembre 2013

Défi lecture!

Une belle manifestation organisée par des bibliothécaires, destinée aux enfants et aux ados! Une liste de livres à lire pour débattre, prendre plaisir aux mots tout simplement...Au printemps, on vote pour celui qu'on a préféré dans chaque catégorie!
Cette année, l'Arbre aux fruits amers fait partie de la sélection, j'en suis vraiment très fière! MERCI


Dans la sélection adolescents, il y a:

Théa pour l’éternité / Florence Hinckel ; Syros (coll. Soon), 2012

Nos étoiles contraires / John Green – Nathan, 2013

La décision / Isabelle Pandazopoulos – Gallimard (coll. Scripto), 2013

 Wonder  / R.J. Palacio – Fleuve noir (et Pocket J.), 2013

Vol plané / Raphaële Frier – Thierry Magnier, 2012

 et l'Arbre aux fruits amers!

Pour en savoir plus sur tous ces livres, c'est par ici: 

 

dimanche 22 septembre 2013

LA PETITE DISPARUE

Voilà une histoire que j'ai adorée écrire: La petite disparue, l'histoire d'une petite écosseuse de pois et de sa meilleure amie, une araignée agoraphobe...L'éditrice d'Oskar en est tombée amoureuse,  et nous sommes touts les deux très heureuses qu'elle soit sélectionnée pour quatre  prix:
Le prix Graines de lecteurs, à Pau,
Le prix Livrami,
Celui des collèges de Pithiviers, 
Et le Renaudot des benjamins,
et je suis ravie pour ce texte!
Merci aux bibliothécaires, aux enseignants et à tous les lecteurs bienveillants....

La suite au printemps!
Je vous présente l'incipit du livre pour ceux qui ne l'ont pas encore lue (mais qu'attendez-vous? ):

Au cœur des halles, une petite fille rousse s’appliquait à écosser des pois. Des petits pois tout verts, qu’elle sortait de leurs longues gousses. Les pois s’entassaient à ses pieds au creux d’un énorme panier tressé, les gousses s’amoncelaient sur le sol. La petite fille écossait inlassablement sans montrer de signe de fatigue. On n’apercevait plus que son joli minois, le reste de son corps disparaissait derrière les épluchures. Marie était écosseuse de pois depuis toujours, ses mains avaient pris des reflets verts et ses yeux étaient ronds comme des pois, mais ils brillaient comme la lune dans le ciel.
Une araignée la regardait du coin de l’œil en tissant sa toile. Elle enviait la petite fille dont les doigts travaillaient si habilement et se disait qu’elle aurait bien aimé avoir des pattes aussi rapides que les doigts de l’écosseuse de pois. L’araignée n’était pas aussi adroite que sa jeune amie, elle n’arrivait jamais à terminer ses toiles, il restait toujours de larges trous dans sa dentelle. L’araignée avait un terrible défaut, elle était étourdie, très étourdie. Marie s’en amusait beaucoup. Tout en continuant à écosser ses pois, elle s’adressa à son amie :
— Et bien, l’Étourdie tu as encore oublié de faire un nœud, je te soupçonne de le faire exprès !
— Je l’avais bien vu, répondit l’araignée en ouvrant démesurément ses grands yeux, pour masquer sa mauvaise foi.
L’Étourdie était une vraie tête de linotte.                      
La fillette se concentra sur ses pois. Elle les comptait depuis des années, et personne ne savait pourquoi. Ses patrons — un couple de halliers gras et cupides — s’étaient toujours étonnés de l’acharnement de la petite. Mais, ils n’avaient jamais cherché à en comprendre la raison. Au fond, ils se moquaient bien de savoir, tant qu’elle leur rapportait des sous. Ils se disaient que dans sa tête, ça ne devait pas tourner rond, une folie de jeunesse qui leur rendait bien service. L’Étourdie savait que Marie n’était pas folle et qu’elle était loin d’avoir un pois chiche à la place du cerveau. Elle avait un secret, voilà tout.



Sinon, on en parle ici:
Sur la soupe de l'espace 
Sur le blog de la mare aux mots
Sur le site Ricochet
Sur le blog Parfums de livres
Sur le blog Lire et merveilles
Blogamoi
Sur le blog Entre les pages
Sur le blog d'Alexandra Gabrielli-Kuhn ici 
Une jolie critique ici
Une superbe critique sur Lire et merveilles, ici
Sur le blog des petites madeleines
Sur le blog Livres d'ados

lundi 2 septembre 2013

Le coeur en bataille, Projet avec Aline Pallaro-Lacroix

C'est en voyant cette superbe illustration d'Aline dont j'aime particulièrement le travail que m'est venue l'histoire d'Ernest, un jeune garçon, né au début du siècle...peu de temps avant la grande guerre.

Aline raconte l'histoire d'amour de ses arrière  grands-parents et l'image est imprégnée d'une immense tendresse qui m'a beaucoup émue.
J'espère que ce projet deviendra livre car j'ai vraiment un coup de foudre pour cette illustration!


Articles les plus consultés

Devenir membre