Google+ Badge

Suivre ce blog par mail

vendredi 31 janvier 2014

Pendant ce temps-là, à Vendargues

Jeudi, je suis retournée à Vendargues, auprès de  CE2, bouillonnant d'idées.
Nous écrivons ensemble quatre albums! Un régal.
Le thème est vaste: le rapport entre les générations, la transmission....
Les élèves ont déjà planché...et élaboré de très beaux synopsis.

Voici les projets que les enfants ont retenus et sur lesquels ils écrivent!
"Vieux objets" (une idée géniale de Gautier, un petit garçon brillant)
'Le vieux lapin et le chien"
"La barbe à souvenirs"
"Monsieur Schnok"

La semaine prochaine, nous mettrons toutes ces idées en mots.

Un petit article dans le Midi-Libre, afin de découvrir ce projet:
ici



Merci à leur maîtresse, Dominique et à la bibliothécaire qui ont permis de mettre en oeuvre ce projet.

lundi 27 janvier 2014

Petit voyage à Nîmes

Vendredi, j'ai rencontré des enfants et des adolescents au CHU de Nîmes.
Une belle aventure.
J'ai été accueillie par une femme charmante et très sensible au bien-être des enfants à l'hôpital, un accueil qui donnait le ton.
Première rencontre avec des adolescents qui séjournaient en psychiatrie. Entre douze et seize ans, des filles et des garçons, plein d'idées, à qui j'ai présenté le travail d'auteur pour la jeunesse et avec lesquels nous avons fait un petit atelier d'écriture.
Je leur ai demandé de choisir une fenêtre dans l'hôpital et de raconter ce qu'ils voyaient et ce qu'ils ressentaient. C'est une expérience que j'avais déjà menée avec d'autres adolescents, mais jamais je n'avais testé cela dans un lieu clos.
Et l'expérience a donné en quelques minutes des phrases écrites sur le vif, qui me resteront sans doute en tête...pour très longtemps.
Merci à eux, pour ces textes qu'ils m'autorisent à publier ici.

Caroline

De cette fenêtre, je vois un paysage, un peu montagnard, fleuri, et dont les arbres perdent peu à peu leurs feuilles. Un morceau de grillage gâche un peu ce paysage naturel et simple. C'est simple, ce que je vois, c'est la nature, oui, la nature qui s'épanouit!


 Abigaël

Assise à la fenêtre, le vent souffle dans mes cheveux, le soleil tape sur mes joues, mes yeux pleurent de tristesse, mais ma bouche a un large sourire. Je fais glisser mes fesses sur le rebord de la fenêtre, j'écarte mes bras, je m'envole vers le paradis, les anges m'attendent et me sourient.


Vouloir trop de liberté m'a enfermée, j'ai appris à aimer la solitude, à grandir; à pouvoir voir plus loin, grâce à elle, je sais que je n'ai aucune envie de rester sur place. J'ai perdu toute valeur familiale, à cause de cette putain de liberté. Elle m'a rongée, m'a perdu entre le mal et le bien, mais malgré tout j'ai besoin d'elle pour avancer


Maxime
On voit des bambous, je me sens bien ici. Je vois d'autres fenêtres, des plantes avec un toit.
Je vois le ciel un peu nuageux. C'est un peu bizarre, car je crois qu'il va pleuvoir.


Ensuite, j'ai rencontré des enfants, plus petits, en pédiatrie, Wissame qui pétille de curiosité, Eléonore, déjà si grande....alors qu'elle est encore toute jeune. Et d'autres enfants:  des petits qui se sont endormis parfois bercés par mes histoires, et des plus grands, fatigués par la maladie, mais heureux de rêver un petit moment.

Merci à eux, pour ce moment partagé!
J'espère les revoir un jour...........tous guéris!


C'était une journée à l'hôpital, une belle journée....

Merci à Madame Baville, à Monsieur Giraud,  au personnel médical et à la librairie L'eau Vive qui ont rendu cette rencontre possible.

mercredi 15 janvier 2014

Demandez le programme

Au programme en ce début de semaine: 

Au programme, lundi, j'ai retrouvé mes lycéens de Narbonne. Dans le cadre de la manifestation Auteurs au lycée, je me rends à Narbonne plusieurs fois cette année et j'y retrouve des adolescents comme je les aime, bouillonnants d'idées, pétillants et tout simplement attachants.


Incipit.
Les écrivains en herbe ont rédigé leur premier paragraphe.
Pour certains la ville de Narbonne est déjà en feu, réduite en cendres, pour d'autres, un meurtrier se faufile dans les rues sombres de la ville, des étrangers en exil rêvent de faire partie de Narbonne, des agriculteurs autrefois paisibles aspirent à  plus de richesses, des couples heureux se déchirent à présent, des hommes jaloux, des guerres fratricides...Qui a incendié la ville de Narbonne?
Voilà quelques unes des pistes des élèves du Lycée Diderot.
Si vous souhaitez suivre le feuilleton de leurs nouvelles, c'est ici


Pour tous ceux qui ont la télé, (ce qui n'est pas mon cas), il semble que mon petit hibou au grand coeur ait fait une courte apparition dans l'émission Les maternelles consacrée à l'adoption. C'est en effet une adoption peu banale que raconte Coeur de hibou, celle d'un louveteau  recueilli par un hibou. Une histoire parfaitement invraisemblable pour les adultes, mais tellement évidente pour les enfants...
Voici ladite émission:http://www.france5.fr/emissions/les-maternelles/diffusions/15-01-2014_165432
et le hibou surgit à la 46ème minute (il disparaît aussi sec)


Articles les plus consultés

Devenir membre