Google+ Badge

Suivre ce blog par mail

mardi 27 janvier 2015

Histoires très pressées

Voici quelques petites nouvelles, distillées en vrac, faute de temps...
Lundi dernier, je suis allée présenter Surtout ne prends pas froid dans deux écoles de Montpellier. La manifestation s'appelle "Raconte-moi le livre!". Les enfants rencontrent différents acteurs du livre.  J'ai eu la chance, entourée de Sonia et de Laurence de rencontrer deux classes différentes.
La première m'a réservé une surprise de taille: ils avaient écrit des lettres à la manière du roman et me les ont lues! C'était magnifique.
Pour mémoire, le roman s'inspire librement des lettres de Marie Jelen que l'on peut consulter ici: http://d-d.natanson.pagesperso-orange.fr/marie.htm
Les enfants que j'ai rencontrés  ont imaginé les lettres que l'infirmière du camp de Pithiviers aurait écrites à sa famille. Grand moment d'émotion. J'ai hâte de les mettre en ligne, j'attends que l'enseignante me les envoie.

La deuxième classe avait préparé un livret, superbe: ils ont illustré le roman. Quel bonheur et quelle lecture fine... Ils avaient également cousu une poupée à l'image de celle de l'héroïne de mon roman.
Les enfants dans les camps fabriquaient des poupées: le mémorial de la Shoah en propose des photos sur son site.
En voici, une  tchécoslovaque. Dans le roman, la poupée est ce qui relie l'enfant à la vie. On la sépare de sa mère, puis de son amie....il reste la poupée. C'est un personnage du livre à part entière et les enfant lui ont donné vie.

Je montrerai tout cela en photos dès que j'aurai les textes!
Merci beaucoup aux enseignants, aux enfants et à Sonia et Laurence, adorables médiatrices de l'association Coeur de livres!

En vrac, des nouvelles:
Cette semaine, j'ai eu la confirmation que notre projet "Le coeur en bataille" avec Aline Palaro-Lacroix allait paraître en novembre 2015. Dans une toute nouvelle collection...j'en suis d'autant plus ravie que c'est moi qui l'ai créée.
Ce sera chez Oskar, et j'ai hâte de voir le livre!

Les atutres opus de la collection toucheront à des thèmes forts, et je l'espère dérangeants.

Les petites choses à venir
Dans 10 jours, je serai au salon de Douai, dans le grand nord, pour une semaine marathon...avec près de 600 enfants à rencontrer! Du 9 au 15, à moi les frites, (la pluie) et les coeurs chaleureux. Je suis ravie, à l'idée de retrouver le pas-de-calais!



Pendant ce temps-là...je travaille sur un nouveau roman, autour de Voltaire....pour les ados...Et sur un roman graphique pour les adultes. Je vous raconte tout cela très bientôt....




mardi 20 janvier 2015

Mon Odyssée avec l'Odyssée...

J'y ai passé 5 mois. Ulysse :20 ans. L'Odyssée pour réfléchir sera mon prochain opus dans la collection Des mots pour réfléchir d'Oskar. J'y narre L'Odyssée en 15 épisodes et autant de problématiques qui questionnent les aventures d'Ulysse.
Pour découvrir les thèmes abordés, voici un extrait de l'intro.



Heureux qui comme Ulysse…
L’histoire d’Ulysse est bien connue : la guerre de Troie vient de se terminer et le valeureux guerrier reprend la mer pour retrouver femme et enfant. Mais le retour s’avère une longue errance, semée d’embûches.
L’Odyssée est un texte fondateur. Il offre une source inépuisable d’interprétations, de questionnements : Ulysse a-t-il vraiment existé ? Les peuples qu’il rencontre sont-ils réels ? L’auteur lui-même est-il une seule personne ? Un homme ? Une femme ? Plusieurs poètes qui ont écrit les uns après les autres ?
Mais si l’Odyssée est source d’interrogations littéraires et philologiques diverses, qu’est-ce que ce texte vieux de près de 3000 ans, peuplé de dieux et de monstres mythologiques, peut nous dire de notre quotidien ? N’est-il pas un ouvrage d’un autre temps ?
Les états d’âme d’Ulysse sont encore les nôtres, il suffit d'y prêter attention. Le héros de l’Odyssée a tant de visages : Ulysse l’orgueilleux qui refuse de taire son nom, Ulysse l’avide qui fait un détour par le pays des Cicones pour s’emparer d’un butin supplémentaire, Ulysse l’humain, qui refuse une vie d’immortel. Les créatures de l’Odyssée ne sont pas en reste : elles hantent encore nos sociétés. Les paroles flatteuses des Sirènes ressemblent à des publicités mensongères avant l’heure, tandis que Charybde et Scylla préfigurent une vision du mal que l’Histoire n’a cessé de vérifier. Dans toutes ces aventures, Homère distille des leçons de philosophie. Il questionne notre rapport à l’Autre, Faut-il donner l’hospitalité aux inconnus ?, notre éthique, À trop vouloir, perd-on tout ? ou encore notre définition de l’humanité, Qui sont les barbares ?
Dans cette odyssée, il nous mène aux limites du monde des humains. Un détour qui est le chemin même de la philosophie…



 



Pour mémoire..

 Des Histoires de foot pour réfléchir
 Des Histoires de chevaliers pour réfléchir
 Encore des Fables de la Fontaine pour réfléchir
Des histoires de monstres pour réfléchir...co-écrit avec Christine Richard


 Des pirates et corsaires pour réfléchir, co-écrit avec Christine Richard

jeudi 15 janvier 2015

Le crayon guidant le peuple

La vie vient de reprendre son cours après une semaine de stupeur, de morts, et de révolte populaire. Comme si un ouragan avait traversé le pays du nord au sud.

À l'effroi a succédé la haine des communauté les unes contre les autres, le populisme lepeniste puant, puis un immense élan populaire aussi beau qu'inattendu. Et le monde s'en trouve changé.

Aujourd'hui, tout le monde cherche des explications sur la montée du jihadisme: pour certains, ce sera le laisser-faire, la tolérance trop importante en matière d'immigration et la porte ouverte à un nouveau racisme. Pour moi, c'est une évidence: nous sommes tous responsables d'avoir laissé des gosses désespérer dans les banlieues.

Peut-être parce que j'ai poussé comme une barre d'HLM au milieu de la mauvaise graine et des cailloux, peut-être parce que j'ai gardé souvenir de l'ennui mortel d'une jeunesse de banlieue désoeuvrée, plus que jamais, je me dis que nous devons aller donner de notre temps, aller à la rencontre des jeunes des quartiers pourris, des proies faciles à l'endoctrinement qu'on a abandonnés à leur rien quotidien.
 J'ai été prof au milieu des gris bâtiments, avec des gosses à l'avenir sombre, auxquels je mentais en leur disant que s'ils travaillaient, ils y arriveraient...et puis j'ai arrêté, parce que ça ne servait à rien.
Finalement, je suis persuadée qu'en donnant un crayon à ses enfants, on leur donnera les armes pour devenir quelqu'un...et pas l'instrument d'une propagande qui les dépasse!
Alors je vais reprendre mon crayon de pélerin...


Articles les plus consultés

Devenir membre